Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 16:00

null   Retour aujourd'hui sur ce travail épisodique lancé dès la création de ce blog : l'examen de critique de la traduction du Coran utilisée ici. Il nous est arrivé de remettre en question certains de ses choix spécifiques, pour quelques termes : al-Aqsâ, Sakîna, hijab, khatama... Aujourd'hui, penchons-nous sur un point où notre traduction saoudienne se montre encore une fois "à géométrie variable" : le mot "nasârâ", que l'on traduit communément par  "chrétien"    


   Ce terme, courant (et pour cause !), se trouve dès la deuxième sourate. En voici un exemple : Et les Juifs disent : "Les Chrétiens ne tiennent sur rien" ; et les Chrétiens disent : "Les Juifs ne tiennent sur rien"... (Wa Qālati Al-Yahūdu Laysati An-Naşārá `Alá Shay'in Wa Qālati An-Naşārá Laysati Al-Yahūdu `Alá Shay'in > Coran II, 113). Traduction on ne peut plus simple et habituelle...

 

   Mais voilà qu'un peu plus haut, toujours dans cette sourate, le même terme a été traduit de façon bien différente : Certes, ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Nazaréens, et les Sabéens, quiconque d'entre eux a cru en Allah, au Jour dernier et accompli de bonnes oeuvres, sera récompensé par son Seigneur ('Inna Al-Ladhīna 'Āmanū Wa Al-Ladhīna Hādū Wa An-Naşārá Wa Aş-Şābi'īna Man 'Āmana Bil-Lahi Wa Al-Yawmi Al-'Ākhiri Wa `Amila Şāliĥāan Falahum 'Ajruhum `Inda Rabbihim > Coran II, 62).

 

   Encore une fois, notre traducteur plie le Coran à ses propres intentions. Il crée en français une distinction inexistante en arabe... Ce qui est pour le moins surprenant de la part d'une traduction issue d'un courant islamique interdisant d'utiliser le terme "masihiyun" qui rend, en arabe moderne, le sens originel du mot "chrétien" !

 

   Mais laissons là ces incohérences saoudiennes pour explorer la piste de réflexion que nous ouvre la volatilité des choix de ce traducteur.

 

   L'usage de cette appellation dans les textes juifs est attestée par les sources rabbiniques des premiers siècles, et en particulier par la "bénédiction" des hérétiques (birkat haMinim), dont la fin disait : "Que les chrétiens [notsrim] et les hérétiques [minim] aillent sur l'heure à leur perte, qu'ils soient effacés du livre de vie et qu'ils ne soient pas mentionnés parmi les justes. Béni soit le Seigneur qui courbe les méchants"

 

    Les choses vont soudain se compliquer au IVe siècle. Voici que St Jérôme, dans l'une de ses lettres, nous parle en effet des "Ebionites qui affectent de paraître chrétiens, tandis que nous voyons encore aujourd'hui parmi les juifs, et dans toutes les synagogues de l'Orient, des hérétiques qu'on nomme Minéens [cf ci-dessus : minim], et que les Pharisiens eux-mêmes ont condamnés jusqu'à ce jour ; on les appelle encore, et même ils sont plus connus sous le dernier nom de Nazaraeos (...) En voulant être tout à la fois et juifs et chrétiens, ils ne sont ni juifs ni chrétiens"

 

   A la même époque, Epiphane -auteur désormais familier sur ce blog- évoque les "Nazôréens" (Nazôraioi > Panarion XXIX - p.67) ; notons au passage qu'il parle aussi d'une autre secte, juive, qu'il nomme "Nasaréens" (Nasaraiôn > p.21) tout en précisant qu'il ne faut pas les confondre car "l'hérésie des Nasaréens était antérieure au Christ et n'avait pas idée du Christ" (p.70). Il rappelle ensuite que "tous les hommes nommaient les chrétiens Nazôréens" mais que ceux désignés désormais par ce nom à son époque "confessent tout en plein accord avec la Loi, comme les Juifs, à l'exception du fait qu'ils sont supposés avoir foi en Christ" (p.71) - une description qui correspond tout à fait à ce que Jérôme nous dit des Ebionites (à ceci près qu'Epiphane considère que les Ebionites sont encore une autre hérésie... >p.72 !)

  

   Certaines personnes défendent ainsi la thèse d'une continuité antique de ceux qu'aujourd'hui nous nommons "juifs messianistes", peu à peu identifiée par leurs contemporains comme "nazaréens" ; et d'en conclure par divers rapprochements et raisonnements qu'il s'agit des mêmes personnes que le Coran évoque lorsqu'il parle des "nasârâ"

 

   Epiphane lui-même nous rappelait pourtant la confusion qui régnait toujours à son époque : "Aujourd'hui, les hommes nomment toutes les sectes -je veux dire les Manichéens, les Marcionites, Gnostiques et autres- par le nom de chrétiens alors qu'ils ne le sont pas" (p.70). Le terme "nazaréens" serait-il, lui, désormais à l'abri de cette situation ?

 

   Les sources arabes nous montrent bien que non. Notons tout d'abord qu'au VIIIe siècle, Théodore Abû Qurrah, évêque orthodoxe arabophone, dans un texte que nous avons déjà évoqué, utilise bien le terme "nasârâ" pour dire "chrétien". Notons ensuite que dans un texte du début du IXe siècle, le Malhâlib al-Arab d'Ibn al-Kalbî, nous pouvons lire que "le manichéisme était chez les Qurayshites (...) Et d'où vient qu'ils soient tombés dans le manichéisme ? [Ibn 'Abbàs] a répondu : De Hîra [ancienne capitale de la dynastie arabe des Lakhmide, qui était aussi un évêché nestorien]. Ils y amenaient leurs marchandises et ils rencontraient les chrétiens [nasârâ], qui les instruisaient" : au IXe siècle, la situation est toujours telle que décrite par Epiphane au IVe siècle, du point de vue extérieur, on ne distingue même pas les manichéens des chrétiens !

 

   Alors, que conclure ?

 

   Tout d'abord, rappeler la règle de base de toute bonne traduction : quand on choisit une logique face à un terme technique, on s'y tient. Ensuite, définir la logique voulue : une traduction "grand public" traduira toujours par "chrétien" et une traduction souhaitant coller au texte sans se mêler du débat présenté ci-dessus traduira toujours par "nazaréen". Mais, en aucun cas, traduire au gré des envies du moment. Surtout quand on se permet de donner aux autres des leçons en matière de "falsification des Ecritures" (sic)  

Partager cet article

Repost 0
Published by Ren' - dans Traduction
commenter cet article

commentaires

    ! Stop la pub !

 

Fuyant les publicités frauduleuses imposées par la société ayant racheté overblog, ce blog a désormais migré sur http://blogren.eklablog.fr/