Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 12:24
   Voici le discours d'accueil prononcé par le prince Ghazi de Jordanie lors de sa rencontre avec Benoît XVI, le 9 mai dernier.

"Pax Vobis. A l’occasion de cette visite historique à la mosquée Roi Hussein Bin Talal, ici à Amman, je souhaite à Votre Sainteté, pape Benoît XVI, la bienvenue de quatre façons.
   D’abord en tant que musulman. Je souhaite aujourd’hui la bienvenue à Votre Sainteté, parce que je sais que cette visite est un geste délibéré de bonne volonté et de respect mutuel de la part du chef spirituel suprême et du pontife de la plus vaste dénomination de la plus grande religion du monde envers la deuxième plus grande religion du monde. En effet, les chrétiens et les musulmans représentent 55% de la population mondiale. Le fait que ce soit seulement la troisième fois dans l’histoire qu’un pape visite une mosquée est donc particulièrement significatif. La première visite a été faite en 2001 par votre bien-aimé prédécesseur, le pape Jean-Paul II, à ce monument de l’histoire, la mosquée des Omeyyades de Damas, où se trouvent les reliques de saint Jean-Baptiste. La seconde visite, c’est Votre Sainteté qui l’a faite à la magnifique Mosquée Bleue d’Istanbul, en 2006.
   La belle mosquée Roi Hussein d’Amman est la mosquée d’Etat de la Jordanie. Elle a été construite et personnellement supervisée par le grand roi Hussein de Jordanie. Que Dieu ait pitié de son âme! C’est donc la première fois dans l’histoire qu’un pape visite cette nouvelle mosquée. Nous voyons dans cette visite un message clair quant à la nécessité d’une harmonie interreligieuse et d’un respect mutuel dans le monde actuel, ainsi qu’une preuve concrète de la volonté de Votre Sainteté de jouer personnellement un rôle de guide sur ce point.
   Ce geste est d’autant plus remarquable que votre visite en Jordanie est d’abord un pèlerinage spirituel en Terre Sainte chrétienne, et en particulier sur le site où Jésus-Christ reçut le baptême de la main de Jean-Baptiste à Béthanie, sur l'autre rive du Jourdain.
   Cependant Votre Sainteté a pris, dans son programme intense et lourd, fatigant pour un homme de n’importe quel âge, du temps pour faire cette visite à la mosquée Roi Hussein et honorer ainsi les musulmans.
   Je dois aussi remercier Votre Sainteté d’avoir exprimé des regrets après votre discours à Ratisbonne, le 13 septembre 2006, pour le tort causé aux musulmans. Bien sûr, les musulmans savent que rien de ce qui peut se dire ou se faire en ce monde ne peut faire du mal au Prophète, qui est, comme l’attestent ses derniers mots, au Paradis avec le plus grand compagnon, Dieu lui-même. Mais les musulmans se sont sentis blessés dans leur amour pour le prophète, qui est, comme le dit Dieu dans le Saint Coran, plus proche des croyants qu’ils ne le sont eux-mêmes. Donc, les musulmans ont aussi particulièrement apprécié l’éclaircissement donné par le Vatican, selon lequel ce qui a été dit  à Ratisbonne ne reflétait pas l’opinion de Votre Sainteté, mais était simplement une citation dans un discours académique.
   Il est presque superflu de dire, entre autres, que le prophète Mohammed –que les musulmans aiment, prennent pour modèle et connaissent comme réalité vivante et présence spirituelle– est complètement et entièrement différent de la description qui en a été faite historiquement en Occident depuis saint Jean Damascène. Ces portraits déformés -faits par des gens qui ne connaissent ni la langue arabe ni le Saint Coran ou qui ne comprennent pas le contexte historique et culturel de la vie du Prophète et qui par conséquent se méprennent et interprètent mal les motifs et les intentions spirituelles qui sous-tendent beaucoup de ses actions et de ses paroles - sont hélas responsables de beaucoup de tensions historiques et culturelles entre chrétiens et musulmans.
   Il est donc urgent que les musulmans mettent en pratique l'exemple du prophète, surtout, par des actions vertueuses, par la charité, la piété et la bonne volonté, en se rappelant que le Prophète lui-même avait une nature élevée. En effet, dans le Coran Dieu affirme :
Vraiment vous avez dans le messager de Dieu un exemple de comportement, pour tous ceux qui espèrent en Dieu et en le dernier jour.
   Enfin je dois remercier Votre Sainteté pour vos nombreux autres gestes d’amitié et de cordialité envers les musulmans, depuis votre élection en 2005, y compris les audiences accordées en 2005 à Sa Majesté le roi Abdullah II Bin Al-Hussein de Jordanie et en 2008 à Sa Majesté le roi Abdullah Bin Abd-Al-Haziz d'Arabie Saoudite, gardien des deux lieux saints. Je vous remercie aussi de l'affectueux accueil que vous avez fait à l’historique Parole commune entre vous et nous, la lettre ouverte du 13 octobre 2007 écrite par 138 éminents spécialistes musulmans du monde entier, dont le nombre continue à augmenter. Un résultat de cette initiative qui, en se basant sur le Saint Coran et sur la Sainte Bible, a reconnu la primauté de l'amour de Dieu et de l’amour du prochain à la fois dans le christianisme et dans l'islam, est que le premier séminaire du forum international catholico-musulman a eu lieu au Vatican, sous la direction personnelle de Votre Sainteté, du 4 au 6 novembre 2008.
   D’ici peu nous examinerons avec l’éminent cardinal Tauran l'œuvre commencée lors de cette rencontre, mais pour le moment je désire citer des propos de Votre Sainteté, tirés de votre discours de clôture de ce premier séminaire :
"Le thème que vous avez choisi pour votre rencontre –amour de Dieu, amour du prochain, la dignité de la personne humaine et le respect mutuel– est particulièrement significatif. Il est tiré de la Lettre ouverte qui présente l'amour de Dieu et l'amour du prochain comme le cœur aussi bien de l'islam que du christianisme. Ce thème souligne encore plus clairement les fondements théologiques et spirituels de l'enseignement central de nos religions respectives. [...] J'ai bien conscience que les musulmans et les chrétiens ont des approches différentes sur les sujets qui concernent Dieu. Mais nous pouvons et nous devons être des fidèles du Dieu unique qui nous a créés et se préoccupe de chaque personne dans tous les lieux du monde. [...] Il y a un important et vaste domaine dans lequel nous pouvons agir ensemble pour défendre et promouvoir les valeurs morales qui font partie de notre héritage commun"
   Maintenant, je ne peux pas ne pas rappeler les paroles de Dieu dans le Saint Coran : Mais ils ne sont pas tous pareils. Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets de Dieu en se prosternant.  Ils croient en Dieu et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable, et concourent aux bonnes oeuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. Et quelque bien qu'ils fassent, il ne leur sera pas dénié. Car Dieu connaît bien les pieux. Je rappelle aussi ces paroles de Dieu : Et vous trouverez, et vous trouverez en vérité, que les plus proches des croyants sont ceux qui disent : vraiment nous sommes chrétiens. Cela parce que certains d’entre eux sont prêtres et moines.
   Je souhaite maintenant la bienvenue à Votre Sainteté en tant que hachémite et descendant du prophète Mohammed. Je vous souhaite aussi la bienvenue dans cette mosquée de Jordanie, en rappelant que le prophète accueillit ses voisins chrétiens de Nejran à Médine et qu’il les invita à prier dans sa mosquée, ce qu’ils firent en harmonie, sans que les uns compromettent la croyance religieuse des autres. Cela aussi constitue une leçon d’une inestimable valeur dont le monde doit absolument se souvenir. Je vous souhaite encore la bienvenue en tant qu’arabe et descendant direct d’Ishmael Ali-Salaam, de qui, selon la Bible, Dieu aurait fait sortir une grande nation, en restant près de lui.
    L’une des vertus cardinales des arabes, qui traditionnellement ont survécu dans des climats parmi les plus chauds et les plus hostiles du monde, est l'hospitalité. L'hospitalité naît de la générosité, elle reconnaît les besoins des autres, elle considère ceux qui sont loin ou qui viennent de loin comme des amis. En fait cette vertu est confirmée par Dieu dans le Saint Coran par ces mots :
Et adorez Dieu et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur...
   L’hospitalité arabe, ce n’est pas seulement aimer, donner et aider, c’est aussi être généreux d’esprit et donc savoir apprécier. En 2000, au moment de la visite du regretté pape Jean-Paul II en Jordanie, je travaillais avec les tribus jordaniennes et des gens ont dit qu’ils appréciaient vraiment le pape. Comme on leur demandait pourquoi, puisqu’il était chrétien et eux musulmans, ils ont répondu en souriant : "Parce qu’il nous a rendu visite". Certainement Jean-Paul II et vous-même, Saint-Père, auriez pu aller immédiatement en Palestine et en Israël, mais au contraire vous avez choisi de commencer votre pèlerinage par une visite chez nous, en Jordanie, et nous l’apprécions.
   Enfin, je vous souhaite la bienvenue en tant que Jordanien. En Jordanie, tout le monde est à égalité devant la loi, indépendamment de la religion, de la race, de l'origine ou du sexe, et ceux qui travaillent au gouvernement doivent faire tout le possible pour protéger tout le monde dans le pays, avec compassion et justice. Cela a été l'exemple personnel et le message du regretté roi Hussein qui, pendant ses 47 ans de règne, a éprouvé pour tous les habitants du pays ce qu’il éprouvait pour ses propres enfants. C’est aussi le message de son fils, Sa Majesté le roi Abdullah II, qui a choisi, comme objectif spécifique de son règne et de sa vie, de rendre honorable, digne et heureuse la vie de tous ceux qui vivent en Jordanie et en fait, celle de tous ceux qu’il peut atteindre dans le monde, autant que le permettent les ressources limitées de la Jordanie.
   Aujourd’hui, les chrétiens de Jordanie ont droit à 8% des sièges au parlement et à des quotas semblables à tous les niveaux de gouvernement et de société, même si en réalité ils sont moins nombreux que prévu. Les chrétiens, bénéficient de lois relatives à leur statut et de tribunaux religieux et, de plus, ils jouissent de la protection de l’Etat sur leurs lieux saints et sur leurs écoles. Votre Sainteté a pu s’en rendre compte personnellement à la nouvelle université catholique de Madaba. Si Dieu le veut, on verra bientôt se dresser la nouvelle cathédrale catholique et la nouvelle église melkite sur le site du baptême.
   Donc, aujourd’hui, en Jordanie, les chrétiens prospèrent, comme d’ailleurs ils l’ont fait au cours des deux cents dernières années, dans la paix et l’harmonie, avec de la bonne volonté et des relations authentiquement fraternelles entre eux et avec les musulmans. Cela vient, en partie, du fait que les chrétiens représentaient autrefois un pourcentage de la population plus important qu’aujourd’hui. En raison de la baisse démographique chez les chrétiens et de leur niveau plus élevé d’instruction et de prospérité qui a fait qu’ils étaient très demandés en Occident, leur nombre a diminué. Cela tient aussi à ce que les musulmans apprécient le fait que les chrétiens étaient déjà ici 600 ans avant eux. En effet, les chrétiens jordaniens sont peut-être la plus ancienne communauté chrétienne du monde. Pour la plupart, ils ont toujours été orthodoxes, attachés au patriarcat orthodoxe de Jérusalem en Terre Sainte qui est, Votre Sainteté le sait mieux que moi, l’Eglise de saint Jacques, fondée pendant la vie de Jésus.
   Beaucoup d’entre eux descendent d’anciennes tribus arabes et, au cours de l’histoire, ils ont partagé le sort et les luttes des musulmans. En effet, en 630, le Prophète étant vivant, ils sont entrés dans son armée, conduite par son fils adoptif et son cousin, et ils ont combattu contre l'armée byzantine des orthodoxes à la bataille de Mechtar. C’est de cette bataille qu’ils ont tiré leur nom tribal qui signifie "les renforts" et le patriarche latin Fouad Twal lui-même descend de ces tribus.
   En 1099, au moment de la chute de Jérusalem, ils ont été massacrés par les croisés catholiques à côté de leurs compagnons d’armes. Plus tard, de 1916 à 1918, pendant la grande révolte arabe, ils ont combattu contre les musulmans turcs, à côté de leurs amis musulmans, sous mandat colonial protestant, et dans les guerres arabo-israéliennes de 1948, 1967 et 1973 ils ont combattu avec les musulmans arabes contre les juifs.
   Non seulement les Jordaniens chrétiens ont toujours défendu la Jordanie, mais ils ont contribué infatigablement et patriotiquement à sa construction, jouant des rôles importants dans les domaines de l'éducation, de la santé, du commerce, du tourisme, de l'agriculture, de la science, de la culture et dans beaucoup d’autres secteurs. Tout cela pour dire que, alors que Votre Sainteté les considère comme ses coreligionnaires chrétiens, nous les considérons comme nos compatriotes jordaniens et ils font partie de cette terre comme la terre elle-même. J’espère que cet esprit unitaire jordanien d’harmonie interreligieuse, de bienveillance et de respect mutuel, sera un exemple pour le monde entier et que Votre Sainteté le portera à des endroits comme Mindanao et dans certaines parties de l'Afrique sub-saharienne, où les minorités musulmanes subissent de fortes pressions de la part de majorités chrétiennes, et aussi en d’autres endroits où c’est l’inverse qui se produit.
   Aujourd’hui, comme j’ai accueilli Votre Sainteté à travers quatre aspects de ma personnalité, je vous reçois aussi à travers quatre aspects de la vôtre.
   Je reçois en vous le leader spirituel, souverain pontife et successeur de Pierre pour 1,1 milliard de catholiques qui vivent partout à côté de musulmans et que je salue en vous recevant.
   Je reçois en vous le pape Benoît XVI, vous dont le pontificat est caractérisé par le courage moral d’agir et de parler selon votre conscience, indépendamment des modes du moment, vous qui êtes aussi un maître théologien chrétien, auteur d’encycliques historiques sur les belles vertus cardinales de l'amour et de l’espérance, vous qui avez réintroduit la Messe traditionnelle en latin pour ceux qui le souhaitent et avez en même temps fait du dialogue interreligieux et intrareligieux la priorité de votre pontificat, pour répandre la bonne volonté et la compréhension entre toutes les populations de la terre.
    Je reçois en vous le chef d’Etat, qui est aussi un leader mondial et global sur des questions vitales de morale, d’éthique, d’environnement, de paix, de dignité humaine, de soulagement de la pauvreté et de la souffrance et même de crise financière mondiale.
   Je reçois en vous, enfin, un simple pèlerin de paix qui vient avec humilité et gentillesse prier là où Jésus-Christ, le Messie –la paix soit avec lui ! – a été baptisé et a commencé sa mission il y a 2 000 ans.
   Alors, bienvenue en Jordanie, Saint-Père, pape Benoît XVI ! Dieu dit dans le Coran :
Que la paix soit avec les messagers et que Dieu, le Seigneur des mondes, soit loué !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

    ! Stop la pub !

 

Fuyant les publicités frauduleuses imposées par la société ayant racheté overblog, ce blog a désormais migré sur http://blogren.eklablog.fr/